« Entrepreneuriat, formation, insertion professionnelle : leviers d’action pour le changement climatique »

Dans la perspective de la prochaine COP 22 qui s’est déroulé en novembre 2016 à Marrakech, la délégation marocaine de l’OSI a réuni au début du mois de mars 2016 ses différents partenaires. Une réunion que Muriel Morin a présidée.

Sous l’égide d’ENGIE au Maroc, un groupe de travail s’est mis en place pour aborder le thème de l’insertion professionnelle des jeunes, enjeu crucial pour la transition énergétique. En effet, celle-ci n’est pas seulement une question de technologie : en Afrique, le défi énergétique se double des exigences sociales en matière de sensibilisation et d’éducation des populations, de création d’emplois pour les jeunes.

En 2050, le continent comptera 2,8 milliards d’habitants (la Chine et l’Inde d’aujourd’hui réunis) dont 400 à 500 millions de jeunes, marqués par de grandes disparités éducatives, socio-économiques, linguistiques et géographiques. Dans ce contexte, l’accès à l’emploi constitue l’un des défis principaux. L’insertion professionnelle avec le développement de filières ÉNERGÉTIQUE de formation intégrées aux entreprises ainsi que l’entrepreneuriat représentent des réponses efficaces pour favoriser l’intégration du travail informel à l’économie et reconnaître la jeunesse et les femmes comme les premiers agents du développement.

Tels sont les thèmes de travail retenus par les partenaires de l’OSI, parmi lesquels ENGIE au Maroc, LYDEC de SUEZ, Méditel du groupe Orange, Lafarge sont les plus actifs, aux côtés de personnalités universitaires comme Najat M’Jid, membre du comité marocain des droits de l’homme et de la société civile, comme Bouchra Ghiati, Présidente de l’INSAF, une association qui lutte pour la promotion des droits des enfants et des femmes, notamment des mères célibataires au Maroc. Un plan d’action a été arrêté pour une initiative en marge de la COP 22.

Pour en savoir plus :