JEUNES ET FEMMES : PIVOTS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE 

La COP 22 qui s’est tenue à Marrakech en novembre dernier, a mis en avant les enjeux africains du développement durable et les plans d’action nécessaires pour atteindre les engagements pris à Paris, un an plus tôt. Dans ce cadre, le séminaire international de l’OSI a montré comment s’opérait la mobilisation des populations, à travers les jeunes et les femmes.
« La COP 22 s’inscrit dans ce moment où la communauté internationale doit mobiliser l’ensemble des populations et où il s’agit d’associer à cette dynamique de développement durable le continent qui connaît la croissance économique la plus forte et va devenir l’un des plus peuplés », soulignait en ouvrant le séminaire Gérard Mestrallet, Président du Conseil d’Administration d’ENGIE. Celui qui est aussi le Président d’Europlace a souligné que si les technologies et les financements sont indispensables, la transition énergétique exige un changement des comportements individuels, des usages sociaux et des pratiques professionnelles, et que ce défi devait être une opportunité pour organiser l’insertion professionnelle des jeunes, autre défi majeur pour le continent.
C’est dans cet esprit que s’est aussi exprimé Amine Homman, Directeur Régional Afrique du Nord d’ENGIE. La formation professionnelle des jeunes aux métiers de la transition et de l’efficacité énergétique est une orientation essentielle à retenir pour l’avenir. Monsieur Jeannot Ahoussou, Ministre ivoirien et Président de l’association des régions de Côte d’Ivoire, qui accueillait la rencontre, a présenté les défis qui se posaient à son pays. Solange Amichia, Directeur Général adjoint du Centre de Promotion des Investissements de Côte d’Ivoire, qui anime les travaux de l’OSI Afrique Subsaharienne en matière d’environnement et de développement durable, a présenté comment l’OSI soutient la réalisation de projets d’agriculture vivrière durable avec des technologies innovantes qui permettent le retour à la terre de jeunes générations, et qui allient développement durable et insertion professionnelle pour des jeunes. Ces projets ivoiriens s’appuient sur le rôle fondamental joué par la femme africaine, qui constitue le principal agent de changement en Afrique.
Les Africaines représentent les deux tiers de la maind’oeuvre agricole et produisent la majorité des denrées alimentaires. Elles ont une place essentielle dans les comportements et les pratiques sociales au quotidien.

Najat Maalla M’Jid, membre du Conseil National des Droits de l’Homme du Maroc et experte pour les Nations Unies des questions relatives à la jeunesse, a bien dépeint la situation des jeunes Africains et les enjeux en matière de développement économique et humain. Sur le continent, 65 % de la population a moins de 35 ans et près de 50 % des Africains ont moins de 19 ans. Globalement, la jeunesse africaine fait face à de nombreux défis, dont le manque d’accès à une éducation de qualité, aux services de santé, à un travail décent, auxquels s’ajoutent les changements climatiques, l’exode rural et les disparités entre territoires. Ces défis les empêchent d’atteindre leur véritable potentiel et poussent un nombre croissant de jeunes à émigrer.
Mais la jeunesse du continent est une formidable opportunité de croissance du capital humain, apte à contribuer fortement au développement durable de l’Afrique. En effet, les jeunes ont su utiliser des canaux alternatifs d’expression. Ils semblent opérer en marge du champ politique institutionnalisé, mais leur engagement fait d’eux des acteurs notables et inconditionnels dans la transition démocratique de leur pays et dans le développement durable. Ibtihal Benharoual, de l’association Prométheus au Maroc, a bien concrétisé les propos de Najat M’Jid et montré que l’implication des jeunes dans la mise en oeuvre des objectifs de développement était aussi un enjeu démocratique. Elle a témoigné du développement important de l’entrepreneuriat qui répond aux enjeux d’insertion professionnelle et économique des jeunes et apporte de nouvelles solutions aux défis environnementaux.
En conclusion, Dominique Héron, Président de la Commission Environnement et Énergie de la Chambre de Commerce Internationale en France, a souligné combien les enjeux étaient similaires en France et combien les objectifs de développement durable constituaient une orientation prioritaire à retenir pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes.


 

Le 16 Novembre 2016 à Marrakech et en marge de la COP22,  l’OSI a organisé un petit déjeuner débat sur le thème : Jeunes et Femmes : Pivots du développement durable de l’Afrique, dans la salle de la Côte d’Ivoire. Découvrez en fin de page les interventions de Gérard Mestrallet, Président du Conseil d’Administration d’ENGIE et de Dr. Najat Maala M’jid.

OSI COP22 Participants 16 Nov 16 OSI COP22 Solange Muriel 16 Nov 16 OSI COP22 Table ronde 16 Nov 16